Communication entre les résidents chimpanzés et les soignants humains

Lorsque j’ai commencé à travailler à Fauna, j’avais de la difficulté à différencier les résidents. Surtout, je trouvais vraiment incroyable que les autres soignants puissent les identifier avec autant de facilité. Bien sûr, avec le temps, on découvre la personnalité unique de chacun des résidants ainsi que leurs traits physiques caractéristiques. Toutefois, ce qui m’impressionnait par-dessus tout, c’était de voir les soignants capables de savoir quel résident communiquait avec eux, et ce sans même que le soignant ait vu l’individu en question. Qu’est-ce qui caractérise ce processus de communication? C’est simple, chacun des résidents a une façon unique de communiquer avec les soignants.

Comme les humains, les chimpanzés communiquent avec un système complexe de communication gestuelle et vocale. Lorsqu’il s’agit de communiquer avec les humains, ils ont développé des stratégies pour compenser leur incapacité à parler. Ces stratégies leur permettent de capter l’attention des soignants et de communiquer différents besoins, comme demander certains aliments qui ne sont pas sur leur chariot, vouloir jouer ou se toiletter avec un soignant, etc.

Les sections ci-dessous visent à partager avec vous les différents éléments qui nous permettent de reconnaitre chaque individu uniquement avec les bruits et les sons qu’ils émettent.

Tout d’abord, les mâles font tous le même son pour communiquer avec nous. Il vont produire un son que l’on appelle « Bronx cheer ». Il s’agit d’un son fait avec la bouche qui ressemble à un son de flatulence (oui oui, vous avez bien lu!).Ainsi, Binky, Loulis et Regis communiquent tous avec ce son. Toutefois, la tonalité et le rythme des sons varient, ce qui permet de déterminer lequel essaie de communiquer avec nous. Binky fait le son de « Bronx cheer » le plus fort et, à l’occasion, produit un son appelé « Huu » qui se traduit en fait comme une séquence de sons : « Huu huu huu… ». Les sons que Regis émet ont pour leur part un rythme plus lent et beaucoup moins fort que ceux de Binky. Il fait aussi de faux sons d’éternuement lorsqu’il devient impatient. Finalement, Loulis, fait un son de « Bronx cheer » beaucoup plus doux que les deux autres. Parfois, nous pouvons à peine l’entendre.

Les femelles ont un spectre beaucoup plus vaste de sons. Tatu, qui communique avec la langue des signes américaine, tape sur sa propre tête pour attirer notre attention; un signe modifié qui signifie « PERSONNE » et fonctionne comme « Hey toi! » puisque ça fait du bruit. Chance, pour sa part, émet une variété de sons très distinctifs. Il est un peu difficile d’expliquer ces sons par écrit, mais on pourrait dire qu’elle fait une séquence de sons en claquant ses lèvres. Tandis que Maya est beaucoup moins subtile que certains autres. Elle cogne vigoureusement les poings fermés sur la cage pour émettre une série de « Bang bang bang »! En ce qui a trait à Rachel, elle utilise différentes stratégies. Parfois, elle va battre des mains ou taper ses mains et ses pieds ensemble lorsqu’elle est en mode « jouer » ou tout simplement cogner sur la cage lorsqu’elle désire vraiment quelque chose. Sue Ellen est plus discrete: nous ne l’entendons pas souvent demander de l’attention des soignants. Les seules fois que nous l’entendons faire un « Pant hoot », aussi appelé « hululement haleté » ou « Pant grunt », c’est lorsqu’elle voit ou entend un homme dans ou près de la maison des chimpanzés (parce qu’elle a une affection particulière envers les hommes). Dans ce cas, elle n’est plus du tout discrète et veut avoir toute l’attention de la part de cet homme!

Pourquoi les chimpanzés ne peuvent pas parler le même langage que nous?

La réponse est simple. Leur anatomie vocale n’est pas adaptée à la parole. Contrairement aux humains adultes, le positionnement du larynx est plus haut dans la gorge chez les chimpanzés, comme c’est le cas chez les bébés humains. Ainsi, à cause de cette différence anatomique, les chimpanzés sont incapables d’utiliser leurs cordes vocales comme le font les humains. Cependant, ils ont beaucoup à dire avec leurs mains. Par exemple, Tatu et Loulis communiquent avec nous en utilisant la langue des signes américaine. Tatu l’a appris des humains et Loulis l’a appris des autres chimpanzés!

Pour en savoir plus à ce sujet, veuillez visiter le site Web de Friends de Washoe http://www.friendsofwashoe.org